Making-of de l’enquête « Bordeaux-Métropole : ce que sont devenus les « mauvais élèves » du logement social »

L’enquête

http://www.datajournalismelab.fr/bordeaux-metropole-mauvais-eleves-logement-social/

Pour cette étude, nous envisagions d’abord d’étudier l’application de la loi SRU dans le département de la Gironde. Face aux trop nombreuses données disponibles sur le web, nous avons resserré notre propos sur les 28 villes de Bordeaux Métropole, comme l’avaient fait nos camarades du Data Journalisme  Lab 2013. Finalement, il était plus pertinent de s’inscrire dans leur continuité en analysant l’évolution des neuf villes “hors-la-loi” épinglées par leur article.

Dès le début de notre étude, nous nous sommes appuyées sur les jeux de données du ministère du Logement via la plateforme “Transparence Logement Social”, lancée par la ministre Emmanuelle Cosse à l’occasion de la Semaine de l’innovation publique en 2016. Le ministère du Logement nous a informées en février que l’inventaire 2016 (sur l’année 2015) était en cours. Ces jeux de données ont bien été publiés. A l’heure actuelle (mai 2017), les chiffres portant sur l’année 2016 ne sont pas encore sortis.

Notre principale difficulté était que certaines données ne correspondaient pas avec les résultats trouvés par les étudiants du Data Journalisme Lab 2013. Par exemple, selon le ministère, Villenave-d’Ornon avait un taux de logements sociaux de 8.04% en 2008 et 9.89% en 2011… et 19% en 2015 ! Or, le Data Journalisme Lab évoquait de son côté des taux de 17.17% pour l’année 2012, un chiffre qui semble plus conforme au taux officiel de 2015.

Autre exemple avec Saint-Médard-en-Jalles : le Data Lab donne 15.36% en 2013 pour l’année 2012, alors que le ministère communique 3.81% en 2011 et 3.72 en 2014. Un taux qui diminue étrangement avant de repasser à 18.39% en 2015.

 

Conclusion : les données du ministère nous ont semblé moins fiables que celles du Data Lab 2013 pour ces deux villes en particulier. Etrangement, ces deux mêmes villes n’ont pas communiqué le taux de logements sociaux sur leur territoire.

En effet, pour être sûres de nos chiffres, nous avons contacté chacune des neuf mairies concernées par notre enquête. Certaines ont été plus ou moins rapides à nous répondre, comme Bordeaux (mars), Gradignan (mars), Ambarès-et-Lagrave (mars), Saint-Aubin-de-Médoc (avril), et Parempuyre (mai).

La responsable de l’urbanisme d’Artigues-près-Bordeaux ne souhaite pas communiquer les données, et ce malgré le fait qu’elles sont censées être publiques. La mairie de Villenave-d’Ornon n’a finalement pas envoyé les chiffres promis. Saint-Médard-en-Jalles et le Taillan-Médoc n’ont pas répondu malgré de multiples relances. Pour ces villes, nous avons donc utilisé les jeux de données du ministère du Logement, mais celui-ci ne fournit pas les chiffres concernant l’année 2013.

Cette collecte des sources a été l’étape la plus complexe des étapes de cette enquête nourrie par des données.

Kathleen Franck
Juliane Rolland