Making-of de l’enquête « Nouvelle Aquitaine, terre d’asile ? »

L’enquête

http://www.datajournalismelab.fr/droit-dasile-etat-des-lieux-en-nouvelle-aquitaine/

L’idée de départ

A l’origine, notre projet devait porter sur une histoire de l’immigration en Nouvelle-Aquitaine, un sujet qui nous intéressait toutes les deux. Suite à de nombreuses recherches et analyses de données, nous avions beaucoup d’informations, mais une difficulté à les rassembler et à élargir à la nouvelle région administrative en Nouvelle-Aquitaine.

Ce qui nous avait frappé dans ces recherches était le faible pourcentage de titres de séjours délivrés pour raison humanitaire. Cela nous semblait en décalage avec le discours politique et médiatique sur l’immigration en pleine période électorale. Nous avons donc décidé de concentrer nos recherches sur une période plus récente, en se limitant à  la problématique des réfugiés et demandeurs d’asile en Nouvelle-Aquitaine.

Notre projet visait alors à étudier l’impact migratoire des réfugiés en Nouvelle Aquitaine. Nous avons donc récolté et analysé les chiffres disponibles sur la demande d’asile en France, en insistant sur la région Nouvelle Aquitaine et ses départements. Dans un second temps, nous souhaitions rencontrer les réfugiés, les associations, les personnels des centres d’accueil, afin d’échanger avec eux sur la réalité du terrain.

Le constat

  • Un constat historique avec le rapport Aquitains d’ici et d’ailleurs : Apports et enjeux des immigrations pour le développement de l’Aquitaine du CESER (Conseil économique, social et environnemental régional d’aquitaine) en 2013. Cette étude relevait que la région Aquitaine a connu divers épisodes d’immigration au fil de son histoire qui ont, selon les époques, plus ou moins marqué son histoire. « Ainsi, l’immigration en provenance des pays de la Péninsule Ibérique (Espagne et Portugal) remonte au moins au XVe siècle et aux temps de l’Inquisition. Elle a connu une reprise au XIXe siècle au moment des guerres carlistes puis au XXe siècle lors de l’épisode de la guerre d’Espagne et du franquisme. Durant toute une partie de ce siècle, les Espagnols constitueront le principal flux de migrants en Aquitaine, contribuant à la fois à répondre aux besoins économiques et participant à la Résistance sous le régime de Vichy. Durant l’Entre-Deux-Guerres, les immigrés italiens ont également joué un rôle déterminant dans le renouveau démographique et agricole d’une partie du Sud-Ouest, notamment en Lot-et-Garonne. » 
  • En 2009, la population immigrée installée en Aquitaine rassemblait 197 000 personnes et représentait 6,1 % de la population régionale totale.
  • La crise migratoire occupe une place importante dans les médias depuis le début de la guerre en Syrie et l’exode massif des populations au printemps 2015. L’opinion publique a été particulièrement sensibilisée par le sort des migrants lors de la publication, en septembre 2015, de la photographie du petit Aylan Kurdi, enfant syrien de trois ans, retrouvé mort sur une plage de Turquie à proximité de la station balnéaire de Bodrum.
  • Le démantèlement de la jungle de Calais en octobre 2016 et la ré-localisation des réfugiés sur le territoire français a entrainé des réactions d’opposition de certains élus et d’habitants de communes sur lesquelles étaient ouverts des Centres d’accueil. Ce fut le cas en Gironde, sur la commune d’Arès.
  • L’élection présidentielle en mai 2017 a fait ressurgir le débat sur l’accueil des réfugiés et plus largement la question de l’immigration en France, le Front national se positionnant clairement pour une réduction drastique de l’accueil.

Idée finale

  • le nombre de demandeurs d’asile a augmenté depuis 2012, du fait des crises humanitaires et des conflits au Moyen-orient et en Afrique.
  • Le ratio du nombre de demandeurs d’asile au regard de la population est très faible : 5 pour 10 000 en Aquitaine. La pression migratoire est plus forte en Ile-de-France ou ce ratio atteint 20 pour 10 000 habitants.

Comment nous avons procédé

  • Les rapports annuels d’activités de l’OFPRA ont été la source majeure de données ainsi que les données statistiques du Ministère de l’Intérieur.
  • Nous avons reconstitué des tableurs afin de comparer l’évolution des demandes d’asile depuis 2012 et isoler les données par région et par département.

Sources et données de l’enquête

  • Rapports d’activité de l’Ofpra 2014 Demandes de protection internationale, réexamens et décisions prises par département de résidence • Année 2014  (annexe 11, page 49) : https://www.ofpra.gouv.fr/sites/default/files/atoms/files/rapport_dactivite_2014.pdf
  • Rapport d’activité de l’Ofpra 2015 : Demandes de protection internationale, réexamens et décisions prises par département de résidence • Année 2015 (annexe 11, page 112)  : https://ofpra.gouv.fr/sites/default/files/atoms/files/rapport_dactivite_ofpra_2015_hd.pdf
  • Rapport d’activité de l’Ofpra 2016 Demandes de protection internationale, réexamens et décisions prises par département de résidence • Année 2016 (annexe 12, page 63) : https://www.ofpra.gouv.fr/sites/default/files/atoms/files/rapport_dactivite_ofpra_2016_1.pdf
  • http://www.immigration.interieur.gouv.fr/Info-ressources/Donnees-statistiques/Donnees-de-l-immigration-de-l-asile-et-de-l-acces-a-la-nationalite-francaise

Mise en forme des données

Nous avons utilisé les plates-formes Highchart et Datawrapper pour visualiser les données.

Enquête réalisée par Fabienne Even & Amy McArthur